RÉNOVER SA MAISON :
ATTENTION AU BÂTI ANCIEN

La réhabilitation des maisons est un enjeu sociétal, environnemental et économique important. Mais la recherche d’un meilleur confort doit se faire dans le respect du patrimoine bâti local, riche et varié. Reflets de territoires et d’époques différentes, les habitations ont des particularités qu’il faut connaître avant de commencer des travaux d’amélioration énergétique.

L’objectif des conseils du C.A.U.E est de favoriser des solutions adaptées de rénovations efficaces et durables qui préservent ou renforcent la valeur patrimoniale de chaque type d’habitat, avec une approche architecturale et thermique globale.

En France, le logement est encadré par le Code de la construction et de l’habitation. Ainsi, les travaux de rénovation doivent être conformes aux règlements d’urbanisme et aux réglementations thermiques.​

APPROCHE GLOBALE

Un projet de rénovation d’une maison, avec ou sans extension, est l’occasion d’optimiser les atouts existants et d’atténuer les dysfonctionnements, à la fois fonctionnels et thermiques, par une approche architecturale globale.

 

On veillera à :

  • la mise aux normes accessibilité : élargir les circulations, installer une chambre et des sanitaires au RDC, etc.

  • repenser le plan d’un point de vue fonctionnel : réorganiser l’agencement des pièces peut économiser un agrandissement

  • repenser le plan d’un point de vue thermique : une démarche bioclimatique s’appuie sur trois principes fondamentaux : capter, stocker et se protéger. Il s’agit d’orienter les ouvertures tirer le meilleur bénéfice du climat.

RECONNAÎTRE SON TYPE DE BÂTI
AVANT D’ISOLER

Pour réussir une rénovation thermique performante et assurer la pérennité du bâti, il faut respecter la logique architecturale existante : identifier les caractéristiques de sa maison pour connaître ses matériaux, son système constructif et ses atouts esthétiques.

 

On ne réhabilite pas de la même manière une maison ancienne et un pavillon. Sur le bâti “traditionnel”, construit avant 1948, il faut éviter les bardages inopinés, les extensions uniquement fonctionnelles ou les travaux qui peuvent générer des pathologies plus tard. Sur le bâti “conventionnel”, construit après 1948, on peut trouver des solutions plus radicales, en ré“habillant” les maisons banales pour leur redonner une valeur architecturale (isolation thermique par l’extérieur).

 

Isoler n’est pas si simple, des choix de matériaux ou de mises en oeuvre inadaptés peuvent engendrer différents types de désordres comme l’apparition de moisissures ou la dégradation de la qualité de l’air intérieur et du confort acoustique.

 

Avant de prendre votre décision, rencontrez un conseiller du C.A.U.E. 

Vous pouvez consulter la plaquette du C.A.U.E. « Rénover – réhabiliter – agrandir sa maison » ici.